WWW.THESIS.DISLIB.INFO
FREE ELECTRONIC LIBRARY - Online materials, documents
 
<< HOME
CONTACTS



Pages:     | 1 |   ...   | 8 | 9 ||

«CAHIER N°10 Défense et Innovation de rupture Rapport issu d’une étude menée avec le Conseil Général de l’Armement Cahier édité avec le ...»

-- [ Page 10 ] --

Pour simplifier, dans un premier temps, l'usager peut être défini comme la personne éprouvant un besoin, implicite ou explicite. Comme c'est lui qui sera le bénéficiaire des solutions développées pour satisfaire ce besoin, son rôle dans l'innovation est de plus en plus valorisé.

Dans l'innovation horizontale19, l'usager s'engage en participant directement à la production d'innovations à partir des technologies et des services à sa disposition, avec le souci pratique de trouver par soi-même des solutions adaptées à ses besoins. Certaines des ruptures les plus significatives dans les comportements de communication (les logiciels libres, le Wifi, le p2p, les blogs) ne se sont pas révélées le fruit d'un plan de développement industriel, mais celui d'une dynamique horizontale présentant plusieurs caractéristiques20.

Source principale : 120 ans d'innovation en aéronautique, de Jean Carpentier.

L'abduction (parfois baptisée méthode du détective) constitue une troisième forme de raisonnement, différente de la déduction et de l’induction, et serait la seule permettant de produire des connaissances nouvelles. Afin de comprendre un phénomène surprenant, on pose l'hypothèse d’une règle permettant de considérer ce phénomène comme un cas s’y conformant. Alors que dans une déduction on tire la conclusion « q » d’une prémisse « p », le raisonnement abductif consiste à expliquer « q » par « p », considéré ici comme une hypothèse explicative.

Ce développement est inspiré de l'article « La trajectoire des innovations ascendantes », de Christophe Aguiton et Dominique Cardon. Dans cet article, les termes d'innovation ascendante et d'innovation horizontale sont synonymes.

La dynamique horizontale présente trois caractéristiques principales : d'abord, les innovations prennent naissance dans les besoins et les solutions des utilisateurs, que les industriels n'identifient pas ou auxquels ils ne veulent ou ne peuvent répondre ; ensuite, l'usager-innovateur a intérêt à révéler et partager son invention avec les autres utilisateurs ; enfin, la diffusion de l'innovation s'effectue en réseau, chacun profitant des améliorations que les autres utilisateurs veulent bien y apporter.

Comité Défense d’IESF – DEFENSE ET INNOVATION DE RUPTURE 40/42 Rapport issu d’une étude menée avec le Conseil Général de l’Armement Dans le même esprit, l'innovation participative part du principe que les idées des acteurs du terrain ont de la valeur, pour agir en complément de l'innovation institutionnelle. Au ministère de la Défense, le dispositif d'innovation participative a été mis en place en 1988, la tenue à jour de la situation tactique dans le Golfe, lors de la guerre Iran-Irak, grâce à des ordinateurs portatifs déployés artisanalement à bord des avions et du Clemenceau ayant marqué les esprits.

Les significations d'usage concernent la manière dont les utilisateurs vivent l'innovation par rapport aux techniques qui leur sont coutumières, par rapport à leurs pratiques quotidiennes, par rapport à leurs identités, professionnelles et privées, et par rapport à leur environnement21. La diffusion d’un nouveau produit ou service et son acceptation par le marché dépendant plus de ses significations d’usage que de ses seules qualités (techniques, fonctionnelles ou commerciales), il est devenu un enjeu de chercher à favoriser l'innovation en partant des usages. Une variété de techniques et de démarches ont ainsi été conçues dans ce sens ; c'est par exemple le cas des Living Lab22, centres d’innovation d’usage où les utilisateurs sont des acteurs partenaires à part entière. La recherche d’innovation en partant de la culture (par opposition aux innovations poussées par la technologie et tirées par le marché) ouvre d’ailleurs un champ d’exploration entièrement à défricher23.

Les significations d’usage montrent que la notion d’usager est en réalité beaucoup plus complexe que ne le laisse penser la définition donnée précédemment24. Cette définition le réduirait en effet à un simple utilisateur manipulant des objets. Or, il ne viendrait à l'idée de personne de définir les usages de l'automobile par la seule utilisation de la mécanique et du moteur à combustion, sans chercher à décrire les habitus par lesquels elle s'incorpore culturellement. Si l'usager est difficile à définir, c’est en premier lieu qu’il se révèle parfois difficile de savoir de quoi il est usager : par exemple, l’environnement numérique allant de l’écran tactile au monde virtuel, et du bouton like au graphe dynamique d’un réseau social, ce qu’il traite, pratique ou fabrique va de l’appareil ou de l’unité d’information les plus élémentaires aux sérendipités sociocognitives les plus complexes. En second lieu, l'usage nécessite une appropriation, supposant la réunion de quatre conditions : la maîtrise technique et cognitive de l'artefact ; l'intégration significative de l'objet dans la pratique quotidienne ;

l'ouverture vers des possibilités de création ; la représentation collective des usages par les politiques publiques et l'innovation. La question de l'autonomie des acteurs est centrale.

Les réglages de la marge de manœuvre laissée à l'usager montrent qu'il fait lui-même l'objet d'une modélisation par les concepteurs. La dialectique d'appropriation/aliénation renvoie au fait que la pratique de certains outils permet de développer une compétence, alors que d'autres enferment l'usager dans un rôle de consommateur. Or, en réponse à l'offre technologique, l'usager développe une logique propre, articulant des facteurs affectifs, psychologiques, cognitifs, culturels et sociaux au sein d'un projet. Les utilisateurs déplacent, adaptent, complètent ou dévoient le donné technologique, jusqu’à ce que le dispositif finisse par s’installer dans un creux façonné par des normes et des mythes.

À chaque fois, l'usage déjoue l'intentionnalité inscrite dans l'outil. Dans certains cas, cependant le prescripteur s'efforce de contrecarrer ces pratiques non conformes.

Source : Innover dans le sens de l’usage, de Philippe Mallein Selon le European Network of Living Labs (ENoLL), un Living Lab est un environnement de test et d'expérimentation « dans la vie réelle » permettant aux producteurs et aux usagers de coproduire les innovations. Les Livings Labs ont été caractérisés par la Commission de l'Union européenne comme des partenariats publics-privéspersonnes (PPPP) dédiés à l'innovation ouverte centrée sur les usages. Leurs quatre principales activités sont les suivantes : 1) la co-création par les usagers et les concepteurs/producteurs ; 2) l'exploration de comportements et d'usages émergents, ainsi que l'identification d'opportunités de marché ; 3) l'expérimentation de scénarios de vie concernant des communautés d'utilisateurs ; 4) l'évaluation de la valeur des concepts, des produits et des services, selon des critères socio-ergonomiques, socio-cognitifs et socio-économiques.

C’est une démarche que cherche à promouvoir Pierre Musso dans le cadre de la chaire « Modélisation des imaginaires, innovation et création ».

Les éléments de ce passages s’inspirent, parfois librement, parfois très étroitement, de « L'intelligence de l'usager », de Louise Merzeau.

–  –  –

De nombreuses disciplines ont pris l’innovation comme objet d’étude, notamment l’économie, la sociologie, la psychologie, les sciences du management ; il existe même une philosophie de l’innovation25. L’innovation se révèle en effet un phénomène complexe justiciable d’une variété d’éclairages. Nombre des recherches entreprises ont permis des avancées pratiques intéressantes, comme la modélisation de la conception innovante26, dans la décennie 2000, ou sont porteuses de nouvelles avancées potentielles, comme celles réalisées au sein de la chaire « Modélisations des imaginaires, innovation et création27 », récemment mise en place au sein de Télécom Paris-Tech.

Toute démarche recherchant l’innovation doit donc être multidisciplinaire et comprendre un suivi de l’avancée des connaissances produites sur l’innovation.

Cf. par exemple « Philosophie et innovation, ou philosophie de l’innovation ?», de Thierry Ménissier.

Théorie Concept-Knowledge, développée par Armand Hatchuel et Benoït Weil au sein de Mines Paris-Tech.

Les technologies étant saturées de représentations sociales, de fictions et d'imaginaires, le pari de la chaire est de prendre ces derniers comme matière première des processus d'innovation.

Pages:     | 1 |   ...   | 8 | 9 ||


Similar works:

«Project funded by the European Commission under the 5th (EC) RTD Framework Programme (1998 2002) within the thematic programme Energy, Environment and Sustainable Development Project ANEMOS “Development of a Next Generation Wind Resource Forecasting System for the Large-Scale Integration of Onshore and Offshore Wind Farms” Contract No.: ENK5-CT-2002-00665 The State-Of-The-Art in Short-Term Prediction of Wind Power A Literature Overview Version 1.1 AUTHOR: Gregor Giebel AFFILIATION: Risø...»

«October 12, 2016 Alana L. Griffin King & Spalding LLP agriffin@kslaw.com Re: Acuity Brands, Inc. Incoming letter dated August 23, 2016 Dear Ms. Griffin: This is in response to your letter dated August 23, 2016 concerning the shareholder proposal submitted to Acuity Brands by Stephen F. Kraus. We also have received a letter from the proponent dated August 24, 2016. Copies of all of the correspondence on which this response is based will be made available on our website at...»

«CHRYSOSTOM AND STEWARDSHIP (Note: [#] denotes slide number in PowerPoint) I. [1] I come to you today on behalf of the Stewardship Commission of our Diocese. Our Diocese has been in discussion since the last Sobor on how we might encourage both our clergy and laity [2] to adopt a life-style that regards all of our earthly possessions as gifts from God of which we are merely stewards, overseers, and temporary managers. Such a viewpoint allows us to liberate ourselves from slavery to such...»

«ROBERT T. STEPHAN March 25, 1987 ATTORN EY GENER AL ATTORNEY GENERAL OPINION NO. 8756 Gerald E. Williams Lenexa City Attorney 12350 W. 87th Parkway P.O. Box 14888 Lenexa, Kansas 66215-0888 Re: Constitution of the State of Kansas-CorporationsCities' Powers of Home Rule; Issuance of Special Obligation Bonds Synopsis: Acquiring and constructing certain municipal improvements, to be paid for in whole or in part by special assessments upon property benefited by such improvements, is a valid exercise...»

«Project SAGE Update As of February 12th, 2010 Summary Overall Project SAGE status remains Yellow primarily due to final issues related to concerns about Open Learning functionality required for Go Live in June and project overall costs. Currently Campus Registration golive May 31st is on target. Major project cost overruns have been related to project consultants and backfill for Project SAGE. The Project Chair is working through these issues with TRU executive management. The Plan and related...»

«Title Sponsor Tanning Sponsor Photography Sponsor Hotel Sponsor Show Sponsor Show Sponsor Hair & Makeup Sponsor After Party Sponsor Suit Sponsor I would like to thank you for your participation in the NPC Iron Viking of the North Bodybuilding, Classic Physique, Physique, Figure and Bikini Championships! This day is all about YOU, if you have any questions please don’t hesitate to ask. The backstage crew is there to assist you and to make your experience at the Viking as seamless as possible....»

«$2 City of Vancouver Land Use and Development Policies and Guidelines Community Services, 453 W. 12th Ave Vancouver, BC V5Y 1V4 F 604.873.7344 fax 873.7060 planning@city.vancouver.bc.ca PLAZA DESIGN GUIDELINES Adopted by City Council November 17, 1992 CONTENTS Page 1 Application and Intent..................................................... 1 2 Context................................................»

«THE SACRAMENT OF VIOLENCE: MYTH AND THE GREAT WAR IN C.S. LEWIS’S RANSOM TRILOGY by TANYA ENGELHARDT B.S. Grove City College, 2008 A thesis submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree of Master of Arts in the Department of Interdisciplinary Studies in the College of Graduate Studies at the University of Central Florida Orlando, Florida Spring Term i © 2012 Tanya L. Engelhardt ii ABSTRACT My primary aim for this study is to illuminate the Ransom trilogy’s inherent...»

«The Liturgy of the Celtic Christian Communion The celebrant prays silently while approaching the altar, and upon reaching the altar the priest kisses the altar and prays: O Creator, Father of all creation, inscrutable, without beginning or end, for you have decked your supernatural realm as a chamber unto the light unapproachable and hast adorned with splendid glory the ranks of your innumerable unto the ages. With ineffably wondrous power you emanated the Fullness. O Unknowable Presence,...»

«Cyber Operations at Maidan: A First-Hand Account by Glib Pakharenko Chapter 7 in Kenneth Geers (Ed.), Cyber War in Perspective: Russian Aggression against Ukraine, NATO CCD COE Publications, Tallinn 2015 In Chapter 7, ISACA Kyiv researcher Glib Pakharenko has written a first-hand account of cyber attacks during the revolution in Ukraine. At the EuroMaidan street demonstrations, there were physical and logical attacks against opposition servers, smartphones, websites, and Internet accounts; the...»

«UNITED STATES SECURITIES AND EXCHANGE COMMISSION WASHINGTON, D.C. 20549 FORM 10-K ANNUAL REPORT PURSUANT TO SECTION 13 OR 15(d) OF THE SECURITIES EXCHANGE ACT OF 1934 For the fiscal year ended November 30, 2006 Commission File Number 1-11758 Morgan Stanley (Exact name of Registrant as specified in its charter) Delaware 36-3145972 (State or other jurisdiction of incorporation or organization) (I.R.S. Employer Identification No.) 1585 Broadway New York, NY 10036 (212) 761-4000 (Address of...»

«MJT 10 (1999) 39-75 PREACHING AS THE PUBLIC MEANS OF DIVINE REDEMPTION by Cornelis Trimp Translated by Nelson D. Kloosterman Preaching as a Mark of the Church WE WISH TO reflect together about preaching, which, according to the confession of the churches of the Reformation, is the first mark of Christ’s church. When we read about preaching in Article 29 of the Belgic Confession, for example, we are immediately struck by the fact that in terms of its significance for the church, preaching...»





 
<<  HOME   |    CONTACTS
2017 www.thesis.dislib.info - Online materials, documents

Materials of this site are available for review, all rights belong to their respective owners.
If you do not agree with the fact that your material is placed on this site, please, email us, we will within 1-2 business days delete him.